Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Somalie - Un journaliste tué par balles devant son domicile à Mogadiscio


Reporters sans frontières est bouleversée par le nouvel assassinat d'un homme de médias dans la capitale somalienne, Mogadiscio. Mohamed Ibrahim Rageh, journaliste pour la Télévision Nationale Somalienne et Radio Mogadiscio (médias publics), a été poursuivi et tué par balles par deux hommes armés, dans la soirée du 21 avril 2013.

"La prétendue amélioration de la situation sécuritaire à Mogadiscio demeure pour l'instant bien fragile. Pour les journalistes, cette ville reste l'un des lieux les plus dangereux de la planète. Mohamed Ibrahim Rageh avait reçu des menaces dans le passé et venait de rentrer dans son pays après avoir dû s'exiler pour raisons de sécurité. Son meurtre est le deuxième depuis le début de l'année visant un journaliste en raison de son activité professionnelle en Somalie", a déclaré Reporters sans frontières.

Selon le témoignage de membres de sa famille, le 21 avril aux environs de 18 heures, Mohamed Ibrahim Rageh s'est fait tirer dessus, par deux hommes armés de pistolets, devant la porte d'entrée de son domicile situé dans le quartier de Ma'ma'anka, dans le district de Dharkenley, à Mogadiscio. Il a été touché de sept balles à la poitrine et à la tête avant que les meurtriers ne prennent la fuite.

Mohamed Ibrahim Rageh venait de rentrer dans son pays après plusieurs années d'exil au Kenya et en Ouganda. Il était un ancien membre de l'Union nationale des journalistes somaliens (National Union of Somali Journalists - NUSOJ) et également ancien animateur de Radio Shabelle. Il avait démissionné des deux organisations en 2009 à la suite de menaces de mort qu'il avait reçues de membres de la milice islamiste Al-Shabaab.

Mohamed Ibrahim Rageh est le quatrième journaliste ayant trouvé la mort en Somalie depuis le début de l'année 2013. Selon les informations collectées par Reporters sans frontières, seuls deux d'entre eux ont été spécifiquement visés à cause de leur profession. En 2012, 18 acteurs de l'information avaient été tués, faisant de la Somalie le pays le plus meurtrier au monde pour les journalistes professionnels.

Pour plus d'informations sur la liberté de la presse en Somalie

Photo : Mohamed Ibrahim Rageh (NUSOJ)


Posted: 2013-04-22 14:43:21

Source : RSF (rsf.org)

Imprimer E-mail