Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Le plus dangereux : la dictature ou l’indifférence ?

Greg MansetVous avez été nombreux à réagir à notre action "coup de poing" en faveur du cyber-dissident Zouhair Yahyaoui. Merci pour lui. Mais nos remerciements ne vont pas sans un goût un peu amer. Il aura fallu que ce prisonnier d’opinion mette sa vie en péril par deux semaines de grève de la faim sans assistance médicale, qu’on censure notre site et qu’on organise une action de solidarité pour que nos lecteurs se soucient de leur confrère tunisien.

De plus en plus, on remarque que la liberté de presse, les droits à la libre expression sont bafoués et ce dans la plus parfaite impunité. Comment expliquer cette indifférence quasi totale face à de semblables atteintes aux droits humains les plus fondamentaux ? Est-ce la distance ? La Tunisie n’est pourtant pas si lointaine. En outre, nous ne sommes pas à l’abri d’abus de ce genre. Le dernier rapport de Reporters sans Frontières signalait des cas de violation de la liberté de la presse chez nous : en Belgique, en France. A nos portes même, en Italie, Berlusconi étend chaque jour un peu plus son emprise sur les médias. En Belgique comme en France, l’extrême droite flirte avec le pouvoir. Doit-on attendre le drame pour réagir ? Doit-on attendre que les pétitions soient en ligne, que les hommes de lettres soient jetés en prison ?


Quand j’ai démarré dans la profession, je lisais dans les manuels de journalisme que les journalistes étaient les chiens de garde de la démocratie. La réalité me semble parfois bien éloignée de la théorie. Mais nous ne devons pas laisser les difficultés du quotidien, qu'il s'agisse de la crise économique, de la pénurie d’emplois dans la presse ou de nos petits soucis personnels nous éloigner ni de notre mission d’information ni des valeurs fondatrices de notre métier.

Greg Manset