Internet fait évoluer la télévision

La télévision nous informe-t-elle encore  -Photo Maite Pouleur« La télévision nous informe-t-elle encore ? », tel était le thème du grand débat organisé samedi après-midi lors du Festival International du Grand Reportage d’Actualité et du Documentaire de Société (FIGRA). L’occasion pour différents protagonistes de l’information télévisuelle de répondre aux questions des téléspectateurs comme des professionnels tout en mettant en avant l’impact considérable d’Internet sur l’information à la télévision.

« Oui la télévision nous informe encore. Mais elle doit s’adapter ! » C’est la réponse ambigüe qui ressort du grand débat « La télévision nous informe-t-elle encore ? » organisé par la Société Civile des Auteurs Multimédias (SCAM) lors du FIGRA.

Pour Eric Colomer, rédacteur en chef de « Faites passer l’info » sur Canal+, cette adaptation découle principalement des nouveaux médias, Internet en tête : « Avec Internet, on a une multitude d’images brutes sans aucun traitement ni commentaire. Il est certain que ça va influencer aussi notre manière de travailler à la télévision. Par exemple, en ce qui concerne le Tibet, on a eu accès à beaucoup d’images grâce à la toile. Avant, on n’avait pas accès à toute cette masse d’informations qu’on capte via les GSM et caméras amateurs. Et je trouve ça très positif. »

Reprenant à outrance l’exemple du « Casse-toi pauvre con » balancé par Nicolas Sarkozy lors du dernier Salon de l’Agriculture, tous les intervenants étaient d’accord sur un point : Internet fera indéniablement évoluer le format et le traitement de l’information à la télévision.

Le magazine d’information : un genre qui se porte bien

Confronté à une baisse très nette de l’audience télévisuelle et à une crise de confiance de la part des téléspectateurs, les professionnels de l’information avancent toutefois que l’information est bien présente à la télévision française. Mieux encore : le nombre de reportages et de documentaires augmente sur le petit écran. « En France, la diversité de l’information existe », précise Guilaine Chenu, rédactrice en chef et présentatrice d’« Envoyé Spécial » sur France 2. « Le journal télévisé traite l’information brute. Le magazine d’information lui vient en renfort dans un format plus long. Cela crée une offre en terme de quantité et de qualité, belle et variée. »

Pourtant d’accord avec la journaliste, Paul Moreira, journaliste et ancien rédacteur de « 90 minutes » sur Canal+ précise toutefois que même si la télévision française bénéficie d’une certaine qualité, elle manque, à l’heure actuelle, d’une certaine protection à l’égard du pouvoir politique : « En Angleterre, il existe le Board of Trusties, une institution qui protège le service public du politique. Cela manque en France. On a donc besoin d’une véritable aide de la part de la société civile car les médias français ne peuvent pas tout montrer. »

La télévision nous informe donc encore, mais grâce à l’Internet son contenu devrait évoluer davantage. Une pression nouvelle sur les épaules des journalistes télé. Bien pour certains, moins bon pour d’autres.

Denis Toune

Laisser un commentaire