Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse
  • Accueil
  • Formations
  • Communiqué SNJ-CGT : l'IFJ met la clé sous la porte : 50 futurs journalistes sur le trottoir

Communiqué SNJ-CGT : l'IFJ met la clé sous la porte : 50 futurs journalistes sur le trottoir

La nouvelle avait filtré sur les forums Categorynet.com, mais c'est aujourd'hui au syndicat SNJ-CGT de la relayer par voie de communiqué :

Cinquante étudiants en journalisme sont aujourd’hui à la rue ; l’école privée à laquelle ils avaient été admis vient de les aviser par e-mail (le 20 septembre) de la cessation d’activité de l’Institut français de journalisme (IFJ) en ces termes :

"Nous avons bien enregistré votre inscription à l’entrée en première année de l’Institut Français de journalisme. Nous sommes malheureusement obligés de renoncer à l’organisation de cette scolarité, des raisons économiques ayant contraint le Conseil d’administration d’ITFA à cesser l’activité de cette association. Conscients des difficultés que cette mauvaise nouvelle pourra représenter pour vous, nous vous proposons un rendez vous pour envisager une solution alternative. »

L’IFJ, école privée créée il y a 6 ans, est hébergée dans les locaux de L’Institut technique de formation active (ITFA) depuis 2009. Le directeur de l’IFJ, M. Rémy Galland, est également directeur de l’Ecole Multimédia, une filiale de l’ITFA.

L’IFJ prétendait sur son site que « ce nouveau partenariat est d'associer le savoir-faire journalistique à la compétence technologique de l'Ecole Multimédia. Assurant ainsi la formation de journalistes scrupuleux, cultivés, décrypteurs de l'histoire immédiate, adaptés aux nouvelles possibilités d'informer engendrées par la révolution numérique. »

Dans son conseil d’orientation, on retrouve des journalistes, mais aussi des syndicalistes et des patrons de presse, dont le président du Bien Public de Dijon, du groupe EBRA – Crédit Mutuel.

Cette cessation brusque à quelques jours de la rentrée est scandaleuse : elle laisse 50 futurs journalistes sur le trottoir, 25 de première année qui allaient débuter leurs études et 25 étudiants qui ont déjà effectués une année de formation.

Aujourd’hui le rêve de 50 jeunes s’est évanoui, plongeant la plupart d’entre eux dans les pires difficultés morales et matérielles.


Le SNJ-CGT est solidaire de ces futurs collègues et se tient prêt à leur apporter un appui juridique. Il va saisir la Commission paritaire nationale de l’emploi des journalistes (CPNEJ) pour tenter de trouver une solution à ces étudiants floués.


Pour le SNJ-CGT, cette annonce de la cessation d’activité de l’IFJ est scandaleuse ; elle démontre que les jeunes attirés par le journalisme doivent être vigilants au moment du choix des écoles de formation aux métiers du journalisme et se tourner en priorité vers les formations à l’université.

(sur base du communiqué SNJ-CGT)


Vos réactions sur le forum Categorynet.com