Comment faire établir un contrat de pige ?

Tout travail mérite salaire, mais tout travail mérite également contrat et, dans ce domaine, les journalistes pigistes français – qui travaillent pour plusieurs supports – font figure de parents pauvres.

A eux souvent d’amener sur le tapis la délicate question du contrat.

« Maintenant je prends les devants », explique ce pigiste avec dix ans d’expérience. Des contrats non respectés, des papiers qui rétrécissent, j’en ai connu pas mal. Au début je ne disais rien. Naïveté ou peur ? Un peu des deux je pense. J’ai fait une école de journalisme mais on ne nous prépare pas assez à nous défendre. » Le Syndicat National des Journalistes (SNJ) préconise également l’obtention de ce contrat. Il précise que « même si la pige n’est qu’un mode de rémunération, cela ne dispense pas l’employeur de respecter le code du travail. » Ce dernier stipule en effet que ce contrat est obligatoire. Dans la pratique, vous pouvez tolérer un certain délai en jours pour l’obtention de votre contrat, mais veillez tout de même à l’obtenir.

Concrètement, le contrat doit comporter la date d’embauche, votre nom et adresse, le nom et adresse de la société qui vous commande un papier, le salaire convenu (exempt de la prime d’ancienneté toujours calculée à part), la qualification et le coefficient correspondant, le lieu de travail, la durée ou l’absence de la période d’essai et être accompagné de la convention collective des journalistes (la seule et unique). Si une clause de non-concurrence est incluse dans le contrat, elle doit être limitée dans le temps et dans l’espace pour ne pas constituer une interdiction d’exercer votre métier ou votre spécialisation. N’oubliez pas : pas de contrat écrit, c’est un contrat à durée indéterminée. Si vous constatez des clauses abusives, demandez une rectification. Attention, votre signature vous engage. D’un autre côté, toute clause abusive ou contraire à la loi est nulle de plein droit.

La parole donnée Voilà pour la théorie. Beaucoup savent qu’en pratique, la plupart des employeurs ne signent pas de contrat avec les pigistes et comptent sur « la parole donnée » et votre potentiel confiance. A vous de voir mais cela peut vous jouer des tours. Il arrive par exemple qu’un dossier commandé de 40 feuillets se transforme rapidement au fil des semaines en un malheureux « quatre pages parce que l’actu n’attend pas coco ». Difficile d’exiger un contrat pour une première collaboration. Certains ont choisi par exemple d’arriver avec des contrats type établis par leur soin. Une méthode qui peut se révéler efficace. N’hésitez jamais à demander, cela ne vous coûtera rien. Au pire vous serez renseigné sur le sérieux de l’entreprise. Ensuite, à vous de prendre une décision. Soit vous faites un test, soit vous exigez le contrat. Il reste certain que si chacun commence à demander systématiquement un contrat, les employeurs y regarderont peut-être à deux fois avant de le refuser ou le faire désirer.