Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Le festival du documentaire, le FIGRA, ouvre ses portes jusque dimanche

altLe Festival International du Grand Reportage d'Actualité et du documentaire de société a ouvert ses portes mercredi au Touquet-Paris Plage. Jusqu'à dimanche après-midi, documentaires, rencontres avec les journalistes et débats se succéderont. Rencontre avec l'organisateur du festival, Georges Marque-Bouaret.

Yamina Benguigui assure la présidence de la sélection officielle du FIGRA 2009. Quelles sont les raisons qui ont motivé ce choix ?
Yamina est une grande professionnelle dotée d'une grande vigueur éthique. Cela m'a paru être un gage de sérieux pour le festival. Son engagement personnel au niveau du documentaire me paraissait important pour la 16ème édition de ce festival.

L'édition 2009 apporte pas mal de nouveautés notamment au niveau des différentes compétitions. Pouvez-vous nous présenter les nouveautés de cette édition?
Nous avons apporté des modifications pour ce qui touche à la sélection officielle. Nous étions en effet confrontés à une demande plus ou moins affirmée de certains réalisateurs qui trouvaient que la sélection Autrement Vu des autres années était une sélection rebus puisque cette sélection n'avait à l'époque pas de prix.
Pour corriger cela, nous avons donc créé le Prix Autrement Vu et avons demandé au Cinéma du Nord-Pas-de-Calais de constituer un jury et de remettre son prix.
Nous avons également ouvert la sélection Terre(s) d'Histoire chapeautée par un jury de 5 personnes qui vont juger ses 9 films.
Le jury Coup de Pouce se renforce cette année avec le partenariat de la chaîne Planète qui vient apporter au lauréat un prix d'une valeur de 6.000 € comprenant la diffusion de son documentaire sur la chaîne ainsi que la location de matériel. Le réalisateur obtient donc une première diffusion assurée de son film.
Enfin, comme chaque année, nous retrouvons le jury Jeunes constitué d'étudiants du Nord-Pas-de-Calais.

Cette année, la presse internationale sera fortement présente...
Deux grandes soirées sont cette année programmées sous le parrainage de deux chaînes de télévision étrangères. Une chaîne belge, la RTBF, et une chaîne suisse, la TSR, nous rendront visite avec chacune un documentaire inédit. La TSR viendra célébrer chez nous les 40 ans de son émission de reportages Temps présent. Le fondateur de l'émission sera présent au FIGRA, accompagné de certains des journalistes de l'équipe. Ce sera l'occasion de revenir sur 40 ans de reportage. L'équipe de la TSR présentera en exclusivité mondiale Les Disparus du Kivu, un documentaire sur le retour au pays des habitants de cette région du Nord Congo, à la recherche de membres de leur famille séparés par la guerre. La RTBF viendra également présenter également une avant-première (Léon Degrelle ou la Füher de vivre) ainsi que trois courts métrages tirés de son émission d'enquêtes Questions à la Une.
Le festival se terminera par une soirée de clôture avec une avant-première importante, Après Nargis, proposée par Thalassa.

Le FIGRA, c'est également la rencontre entre les professionnels et le public. Les débats tiennent toujours une place aussi importante dans votre festival ?
Après chacun des 44 films de la sélection officielle, un « Paroles de reporters » est prévu. C'est un débat entre le public et le réalisateur ou le journaliste dont le film a été projeté.
Le samedi, un grand débat public sera également organisé sur la question « peut-on filmer en caméra cachée ? ». C'est un thème soulevé de façon récurrente actuellement, notamment avec l'émission de France 2 Les Infiltés : est-ce légal ou non ? Peut-on filmer les gens à leur insu ? Est-ce déontologique ? Toutes ces questions seront abordées avec notre partenaire, la SCAM

Le festival du Scoop et du journalisme a récemment annoncé que sa prochaine édition était compromise en raison de problèmes de financement. Avec la crise, de nombreux autres festivals ont dû restreindre leurs ambitions ou sont menacés. Le FIGRA connaît-il lui aussi la crise ?
La crise, nous la connaissons depuis la naissance du festival ! Nous avons déjà connu des moments très difficiles et le FIGRA a déjà failli disparaître. Ces difficultés nous ont servi de leçon. Quand nous avons été en difficulté, nous avons fait en sorte de toujours équilibrer nos budgets le plus vite possible. En 2005, nous avons atteint l'équilibre financier. Depuis cette date, nous essayons de nous tenir au budget en équilibre sans aucune dépense supplémentaire. On ne dépense pas plus que nous avons. Évidemment, on doit jongler financièrement. La plupart de l'équipe est constituée d'intermittents du spectacle et nous sommes parfois dans la précarité. Mais nous essayons d'être très vigilants avec nos finances. Nous sommes aussi vigilants avec nos fournisseurs. Et grâce à nos partenaires, nous parvenons à toucher l'équilibre.

www.figra.fr

Mots-clés: figra,, Georges Marque-Bouaret