Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Georges Marque-Bouaret souffle les 15 bougies du FIGRA

Photo Maite PouleurRendez-vous incontournable de tous les grands reporters et réalisateurs de documentaires, le Festival International du Grand Reportage d’Actualité et du Documentaire de Société (FIGRA) fête son 15e anniversaire. Georges Marque-Bouaret, organisateur de l’événement, revient sur ce succès sans cesse croissant. Rencontre expresse.

Georges Marque-Bouaret est un homme heureux ! Créateur et délégué général du FIGRA, il connaît, pour cette 15e édition, un succès populaire impressionnant : « Le festival commence bien. En quinze ans, la progression de la fréquentation est formidable. En 2005, les estimations étaient déjà assez optimistes. Mais là, c’est bien parti pour être énorme. »

Cette année, le festival a mis les petits plats dans les grands. Pourtant, pour Georges Marque-Bouaret, rien n’est véritablement nouveau. On garde la recette, mais on l’améliore : « Plutôt que d’éparpiller la programmation sur une multitude de salles, on s’est penchés sur ce que l’on avait déjà fait. On a surtout voulu conforter l’esprit général du festival. Resserrer plutôt qu’élargir. » Pourtant, en quinze ans, il a vu plus d’une chose changer dans les documentaires : « C’est surtout le genre qui a évolué. Les journalistes sont devenus de plus en plus des réalisateurs tout en faisant toujours les deux métiers. Le format a également changé. On est passé de 26 à 52 minutes. La durée est devenue plus longue, ce qui entraîne un travail d’écriture différent. On en revient au grand reportage d’actualité. »

Denis Toune

Mots-clés: figra,, Georges Marque-Bouaret