Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Coup de Pouce aux jeunes réalisateurs

Photo Maite PouleurPour son quinzième anniversaire, le Festival International du Grand Reportage d’Actualité et du Documentaire de Société (FIGRA) innove. Un prix « coup de pouce » était décerné aux jeunes réalisateurs venus défendre leur projet. Parmi eux, l’association « La Troisième Porte à Gauche » qui regroupe trois vidéastes bordelais était venu profiter du tremplin. Portrait.

Après un premier film, « Voyage en convoi : Bordeaux – Nouakchott », Adrien, Christophe et Romain sont venus présenter « Fan Nabara » devant un jury spécialement conçu pour l’occasion. Le tournage, prévu au Sénégal, s’attardera sur le delta de Saloum, réserve de la biosphère depuis 1981.

Les trois jeunes Français suivront les habitants de cette région, espace où un monde de gestion durable des ressources doit permettre de réconcilier la conservation de l’environnement et le développement économique de ses populations. Des portraits, des actions sans voix off, c’est l’objectif du groupe de jeunes réalisateurs pour coller au plus proche de la réalité.  

Autodidactes en documentaire


Formés d’abord en anthropologie, philosophie et sociologie « La troisième porte à gauche » est devenue autonome au point de vue matériel. « On a fait toutes sortes de petits boulots pour pouvoir s’équiper et travailler par nos propres moyens » explique Adrien. Le sujet du documentaire pour lequel ils voudraient obtenir un coup de pouce est brûlant d’actualité à l’heure de l’écotourisme. Et pour bien faire, les trois jeunes gens remontent leurs manches dès les premiers contacts avec la population lors d’un précédent repérage. « On voulait voir comment les villageois vivent ce concept de biosphère au quotidien. Ils doivent être capables de vivre en accord avec l’environnement tout en dégageant une activité économique rentable. Notre démarche se veut proche des gens. Alors, pour s’intégrer, on n’a pas eu peur de travailler dans les champs, de pousser les charrettes. On voudrait représenter leur état d’esprit en filmant des anecdotes et des actions, de la manière la plus représentative possible, sans commentaire ou interview dans un premier temps. On vise le procédé narratif pour relater l’humain. » confie Adrien.  

Pour de jeunes réalisateurs, obtenir le « coup de pouce » équivaudrait à une aide financière importante. Mais c’est aussi l’occasion de sensibiliser les producteurs, les diffuseurs et créer la rencontre. La Troisième Porte à Gauche « espère avoir le coup de pouce. Mais juste le fait de venir au FIGRA est une opportunité incroyable ! Pour l’anecdote, « Fan Nabara » signifie que tout ce qu’on fait, de bien ou de mal, on le fait avant tout pour soi. »  

Stéphanie Delbart

Mots-clés: figra,