Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Egypte - RSF dénonce les agressions de journalistes, pris pour cibles lors des manifestations

Reporters sans frontières s'inquiète des récentes agressions massives perpétrées contre des journalistes en Egypte. Ces derniers ont à nouveau été pris pour cibles lors de violents heurts opposant partisans des Frères musulmans et militants hostiles au régime du président Mohamed Morsi, lors de manifestations qui ont dégénéré, le 19 avril 2013. “Nous condamnons les agressions répétées de journalistes, lesquels rencontrent de plus en plus de difficultés dans leur mission. Couvrir des manifestations ou des (...)

Lire sur RSF

Chine - RSF met en garde les autorités contre le contrôle de l'information sur le séisme au Sichuan

Reporters sans frontières s'inquiète de la couverture accordée à la catastrophe du séisme du 20 avril 2013 et demande aux autorités de ne pas recourir à la censure et à la répression contre les acteurs de l'information, comme elles l'ont déjà fait dans le passé dans des circonstances similaires. “Nos pensées vont avant tout aux victimes du tremblement de terre et à leurs proches. Dans une telle situation d'urgence et de chaos, il est vital qu'un maximum d'informations soit apportée aux victimes et à ceux (...)

Lire sur RSF

Journalistes en zones de conflits : s'entraîner avec l'armée française

Le centre de presse de la Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense (DICoD) du Ministère français de la Défense accueillait, du 9 au 14 décembre 2012 le 450e bénéficiaire du stage de sensibilisation des journalistes aux zones de conflit, organisé au centre national d'entrainement commando situé à Collioure (Pyrénées Orientales). Depuis 1993, deux sessions annuelles d'une vingtaine de personnes sont proposées par la DICoD aux journalistes indépendants ou travaillant pour le compte de (...)

Lire sur RSF

Bangladesh - Quatre blogueurs risquent 14 ans de prison et 100 000 euros d'amende

Reporters sans frontières dénonce le maintien en détention des quatre blogueurs Asif Mohiuddin, Russell Pervez, Mashiur Rahman et Subrata Adhikari, accusés d'avoir publié des informations ‘fausses, indécentes et diffamatoires”, “heurtant les sentiments religieux”. Ils risquent jusqu'à 14 ans de prison et une amende exorbitante de 10 millions de taka bangladais (environ 100 000 euros). “Les accusations portées à l'encontre des quatre blogueurs sont totalement infondées, et ne sont que le résultat du (...)

Lire sur RSF